France

Triste monde tragique, je vous dis ! #2

Dans l'angle alpha de la loi travail

 

Je crois que pas mal de monde a commencé à comprendre que les vacances d'été étaient finies cette année. Sur le plan météorologique du moins, puisqu'il existe toujours quelques petits malins sur les réseaux sociaux pour se prendre photo, dans un hall d'aéroport... à défaut de plage, puisque rappelons-le la météo de ce mois de septembre est loin d'être idéale (j'aime tourner en rond dans mes phrases). Si j'étais vraiment pessimiste, je pourrai pousser le bouchon jusqu'à dire que les vacances, c'est fini pour bon. Je crois qu'il n'aura échappé à personne qu'une réforme du droit du travail sature l'actualité en ce moment. J'ai trouvé ce moment opportun pour vous parler de l'idée d'un intellectuel qui peut être tout aussi vif qu'abscond, j'ai nommé l'économiste Frédéric Lordon. Avouons-le, la manifestation de samedi prochain organisée par la France Insoumise y est pour quelque chose, cela va sans dire.

 

Lire la suite

Triste monde tragique, je vous dis ! #1

Un pléonasme dans le titre...

 

Je m'étais promis de ne pas parler de politique ici. Sujet trop peu noble pour les uns, trop compliqué pour les autres, sans compter ceux qui ne sont pas d'accord avec moi. Il y a aussi les temps qui changent, ma pensée qui évolue, l'actualité toujours trop rapide... Bref, cela faisait beaucoup trop de soucis à gérer. Et, de fait, cela fait un moment que j'essaie de bannir cette thématique de mes écrits. Peine perdue. Chasser le naturel, vous connaissez la suite...

 

Lire la suite

Le galimatias inexplicable

" Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir. De là le droit du plus fort ; droit pris ironiquement en apparence, et réellement établi en principe. Mais ne nous expliquera-t-on jamais ce mot ? La force est une puissance physique ; je ne vois point quelle moralité peut résulter de ses effets. Céder à la force est un acte de nécessité, non de volonté ; c’est tout au plus un acte de prudence. En quel sens pourra-ce être un devoir ?

Lire la suite

Le travail n'est pas une marchandise

" Le travail n'étant pas une marchandise mais un acte humain qui engage, quoi qu'on en dise, la santé, la famille, l'existence, l'éducation de l'ouvrier et jusqu'à ses droits citoyens, on ne peut pas ne pas le protéger lorsqu'il en a besoin […]

Lire la suite

Lettre à ce qui fut

Ce sont des marchands d’artefacts.
Ils fabriquent des reliquats de dignité.
Cachés derrière des rideaux de papier,
Ils tiennent les projecteurs d’un spectacle,
Celui dont le fil change toutes les journées.

Lire la suite

Lettre ouverte à Jean-Michel Bretonnier, rédacteur en chef du journal La Voix du Nord

Lettre envoyée à Jean-Michel Bretonnier à la date du 2/12/2015

 

Monsieur,

Dans les éditions d'hier et d'avant-hier, vous vous inquiétiez d'une possible victoire du Front National lors des prochaines élections dans notre Région. Vous avez raison. Le Front national est un parti populiste, xénophobe et archaïque. Le voir à la tête de la Région Nord – Pas-de-Calais – Picardie en janvier prochain serait désastreux. Votre inquiétude est d'autant plus compréhensible que vous prétendez au sein même de vos colonnes porter des valeurs humanistes, lesquelles ne font clairement pas partie du spectre idéologique du Front National.

J'ai lu avec attention l'enquête que vous avez réalisée. Comme beaucoup d'autres lecteurs et en tant qu'ancien salarié, j'ai été surpris de vous voir prendre parti aussi clairement. Le choix que vous avez fait, une large partie de l'opinion démocrate et républicaine semble s'y retrouver.

Pour ma part, je n'arrive pas à être totalement solidaire avec ce choix. Ce sentiment passe par le fait que j'ai travaillé pour votre journal. À ce titre, ayant connu La Voix du Nord depuis l'intérieur, j'ai l'impression que le journal est en partie responsable de la situation actuelle. Je vous livre ici mon point de vue.

 

Lire la suite

Des larmes

Un texte de mon ami, Lukøje

J'ai pleuré une première fois, intérieurement, quand j'ai vu les gosses hier après-midi.
Jouer. Faire des bêtises. Rire.

Lire la suite

Cette nuit, Paris

Cette nuit, Paris,
C’était janvier en novembre
L’été qui s’fait la malle
L’obscur et son goût de cendres
Et dans ma radio…
Ces bruits qui font mal.

Lire la suite

Le sacrifice

Ils l'ont emmené dans un bureau clair.
Le cube était d'un blanc clinique
Et les travées ceintes de menuiseries en métal.
Un néon jetait de la poussière froide sur l'ordinateur.

Lire la suite

Le patron - Episode 9

« Qu'est ce que tu fais après la mort ? »

Walker faisait les cent pas devant la porte d'acier. Ses clefs jouaient toujours la même musique composée de cliquetis métalliques. Tchick, tchick, tchack. Tchick, tchik, tchack. Derrière, Killian s'apprêtait à retrouver sa solitude. Les journaux ne tapissaient plus le sol de la cellule. Il les ramassait un par un pour les cacher sous le lit. Dans la salle de bain, Le patron finissait de se préparer dans la pénombre. Il se passa de l'eau sur le visage pour se rafraîchir la peau.

Lire la suite

Le patron - Episode 8

Le corps tuméfié de coup. Le supplice avait duré vingt bonnes minutes. Killian avait pris soin de ne pas le frapper au visage et de préférence dans le bas du ventre. Partout des hématomes commençaient à naître. Des crampes à chaque mouvement, Le patron restait allongé par terre. Il faisait le mort et n'osait même pas gémir de peur de prendre de nouveaux coups.

 

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site