Paris

Être obligé de faire la putain

L'idée de ce voyage m'enthousiasmait. Je serais en compagnie d'un écrivain plus âgé et déjà consacré et, dans la voiture, nous aurions le temps de parler et j'apprendrais certainement beaucoup de choses utiles à savoir. J'ai peine à imaginer aujourd'hui que je considérais Scott comme un écrivain âgé, mais dans ce temps-là, en comme je n'avais pas encore lu Gatsby le Magnifique, je le croyais d'une autre génération.

Lire la suite

Des larmes

Un texte de mon ami, Lukøje

J'ai pleuré une première fois, intérieurement, quand j'ai vu les gosses hier après-midi.
Jouer. Faire des bêtises. Rire.

Lire la suite

Cette nuit, Paris

Cette nuit, Paris,
C’était janvier en novembre
L’été qui s’fait la malle
L’obscur et son goût de cendres
Et dans ma radio…
Ces bruits qui font mal.

Lire la suite

Chanson pour Charlie

Je suis cet homme devant toi,

Celui qui écoute, celui qui voit,

Celui qui ne parle pas

Dans ce fatras de non-sens.

 

Je suis celui qui n'admet pas,

Celui qui refuse,

Celui qui écrit.

Je suis cet homme qui te tend les bras.

 

 

Lire la suite

Portraits de France en gris d'asphalte - épisode 9

Paris - Lille : Le dernier voyage

 

Porte de Clignancourt, 14h. Le soleil assomme Paris de ses rayons brûlants. Je porte un T-shirt et un pantacourt, mais mon sac à dos me donne l'impression que je suis vêtu d'un pull en laine. Comme toujours, les grands boulevards sont engorgés de voitures. La tôle reflète les assauts de l'astre diurne sans s'arrêter. On peut facilement imaginer les saunas ambulants qui vagabondent dans les rues de la Capitale...

Lire la suite

Portraits de France en gris d'asphalte - épisode 8

Nantes - Paris : Avec les Français de la diversité.

 

- Tu as rendez-vous à quelle heure ?

- Midi moins dix.

- Tu n'y seras pas à temps. Je t'emmène là-bas

- C'est vraiment gentil mais je peux me débrouiller.

- Nantes est en travaux. En t'emmenant à la gare, ça me permettra de repérer les rues qui sont accessibles et celles qui ne le sont pas. Même les chauffeurs de bus se trompent !

Lire la suite

Portraits de France en gris d'asphalte - épisode 3

Bourg-la-Reine – Dijon : La future élite du pays dans une 807

 

Pour repérer son conducteur d'un seul coup d'oeil, il suffit d'arriver avec quelques minutes de retard au lieu de rendez-vous. Dès lors, il n'y a plus qu'à chercher un petit attroupement de valises, de sacs à dos, et autres besaces autour d'une personne sans bagages cherchant à vous joindre avec son téléphone portable...

Lire la suite

Portraits de France en gris d'asphalte - épisode 2

Lille – Paris : Des mines de charbon aux puits de pétrole !

 

J'avais donc rendez-vous le 12 juillet à Lille dans une station essence proche de la porte des Postes aux alentours de 16h. La seule chose que je savais en entamant ce voyage, c'était le nom de mon conducteur : Christophe et son âge : 33 ans. Le reste est laissé au hasard...

Lire la suite

Portraits de France en gris d'asphalte - épisode 1

En route !

 

Lille, porte des postes, le 12 juillet 2014, 16h. Christophe, numéro de téléphone. Code résa : VOBTLQ. C'est à peu près à cela que ressemble le titre de transport d'un voyageur en co-voiturage. Un lieu, une date, une heure. Le nom du conducteur, un code de réservation que le voyageur envoie par texto pour que le conducteur soit payé à la fin du trajet...

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site