Les jouets de carton-pâte

Il est étrange de penser que ces chars et ces mitrailleuses que nous avions vu manoeuvrer servent aujourd'hui à lutter contre la rébellion, à écraser des villes entières et en massacrer les habitants.

Nous nous moquions si souvent des soldats syriens déguenillés, assis à l'ombre de leurs jeep ex-soviétiques en panne au bord de la route, le capot ouvert, qui attendaient une improbable dépanneuse. Comme si cette armée n'avait pour nous aucun pouvoir de destruction, aucune force de combat ; le régime Assad et ses chars nous paraissaient des jouets de carton-pâte, des marionnettes, des effigies vides de sens sur les murs des villes et des villages ; nous ne voyions pas au-delà du délabrement apparent de l'armée et des dirigeants, la réalité de la peur, de la mort et de la torture poindre derrière les affiches, la possibilité de la destruction et de la violence extrême derrière l'omniprésence des soldats, tout mal habillés qu'ils fussent.

Mathias Enard,

Boussole

citation guerre Syrie Boussole Mathias Enard

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site