À la volée

Je crois que ça s'attrape au vol
Qu'il suffit de tendre la main
Et de saisir ce que la vie nous offre.

Je me suis même certain
Qu'il est possible d'en chaparder dans la rue
Sans que personne ne dise rien.

C'est tellement innocent après tout.

Tendre la main.
Désirer.
Saisir.

Recueillir les couleurs entre les pages d'un livre.

Jusqu'à ce que le papier jaunisse lui aussi,
Les enfants que nous étions, auront grandi.
Alors, il sera temps de se rappeler.

La lumière dormante du soleil,
L'odeur de la terre fatiguée,
Et le jus des fruits mûrs.

Je parle des feuilles mortes, bien sûr.
Qu'imaginais-tu d'autre ?

amour automne souvernir

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site