Chasser le naturel...

A supposer que l'on me demande ici de revenir à un poste important duquel on m'aurait congédié deux auparavant parce que l'on considérait à l'époque que j'étais trop agressif, trop rentre-dedans, trop raciste, trop, trop, trop et que l'on considère aujourd'hui que mon successeur est trop mou du genou, trop apathique, trop gentil, trop, trop trop, en clair pas plus doué que moi et pire encore, qu'à certains égards, d'après les personnes-mêmes l'ayant nommé à ce poste – qui au départ était le mien, ne l'oublions pas – il ferait même preuve d'une réelle incompétence ; à supposer donc que tout ceci soit vrai, et qu'une infime opportunité se présenterait pour moi de reprendre ce qui était mien au départ, c'est-à-dire de reprendre mon ancien poste, je répondrai laconiquement à mes anciens partons que cela me serait impossible pour la simple et bonne raison qu'en deux ans les motifs qui ont conduit à mon licenciement (les traits de ma personnalité pour ceux qui ne l'auraient pas deviné), sont restés inchangés et que quand bien même, je prétendrais avoir fait un immense travail sur moi-même, ce qui reviendrait à dire que je sois devenu humble, compréhensif et patient, quand bien même, je prétendrais cela, personne n'en croirait rien puisqu'il suffit de chasser le naturel pour qu'il revienne au galop.

 

société France Oulipo à supposer que

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site