La belle évasion

Je me suis assis sur le tabouret
Devant le piano de la maison.
J’ai caressé son bois
En me demandant s’il s’agissait
De merisier, d’ébène ou d’acacia.

 

J’ai appuyé sur une touche,
Puis une autre,
Et une autre encore.

Ca a coulé comme le flot d’un ruisseau
Dans le creux d’une vallée.
C’était sauvage et paisible.
Mieux qu’une fugue à la dérobée,
Le chant vaporeux d'un souffle limpide.


J’ai oublié ces moments tristes,
Ceux où je me sentais si bête
Devant le tabouret du piano.

C’est parti comme la fureur d’une tempête
Contre le flanc d’une montagne.
C’était tendre et violent,
Comme le cri d'un souffle frêle
La frénésie vive des silences languissants.


Mes mains ont arrêté de courir
Sur ce clavier sans couleur,
Tout de noir et de blanc.

Alors ravis, ils se sont levés
Dans un fabuleux cortège
Au son des hourras, des bravo et des yip.
Et moi, tout penaud,
Je me suis excusé.

Je n’ai jamais appris à lire le solfège.

liberté piano musique

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site