Les joyeuses funérailles

Baal est mort !
Ils viennent de l'enterrer,
Ici, à l'autre bout de la forêt,
Entre le vieux chêne gris et l'allée brune de tilleuls.
Ceux qui étaient présents,
Ont planté des troènes verts et quelques broussailles.
Personne ne marchera sur sa sépulture.

Baal est mort !
Il ne demeure que le silence.
Le reste du bruit n'est que nuisance.
Seul Baal savait la justesse du tumulte et des orages.
Seul Baal pouvait trouver la grâce parmi les jean-foutre et les vauriens.
Seul Baal restait debout malgré la débauche, malgré les orgies.

Et voilà,
Voilà qu'il est mort !
Celui qui donnait
Du sens au chaos,
De la couleur aux nuages,
De la gaieté au béton.

Qu'à cela ne tienne,
D'autres bourgeons viendront croquer le printemps
Et d'autres moissons faucher les blés mûrs.

Ce sera sans Baal
Car il est mort.

Et il nous somme de rester en vie !

paysage Baal arbre mort mélancolie Bertold Brecht

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site