Lettre à ce qui fut

Ce sont des marchands d’artefacts.
Ils fabriquent des reliquats de dignité.
Cachés derrière des rideaux de papier,
Ils tiennent les projecteurs d’un spectacle,
Celui dont le fil change toutes les journées.

Un jour, la gloire les nimbera,
Comme les illusionnistes d’aujourd’hui.
Pour le moment, ils restent là,
Fascinés par ce halo si petit.

Cette auréole.

Ce projecteur qui les empêchera de voir…
Ce bruit dans la coulisse qui les empêchera d’écouter…
Cette angoisse, celle de perdre la lumière, qui les empêchera de parler…

Tous,
Ils se ruent vers une cellule rutilante de triomphe.
Les éclairagistes se rêvent vedette.
L’aura du succès a cela de captivant.

Il y fait si chaud.
C’est tellement étroit.
Et cette foule lointaine,
Cette foule qui n’est pas là,
À raison.

Ô si tu savais comme
L’absence des plateaux peut être douce.

 

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

société France journalisme La Voix du Nord

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site