Nos étranges contrées

Les ibis se posaient
Sur la cime des cyprès,
Et le Terral aussi chaud
Que le désert
Ecrasait l'atmosphère
Comme les nuages ensevelissent l'horizon.

Il y avait aussi
Les pluies chaudes des orages
Qui frappaient la grande plaine
Et les soleils blafards,
Ils cristallisaient
 Les neiges éternelles de nos contemplations.

Hemingway voyage amour

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site